Littérature italienne 6

Contact(s)

Composante :UFR Langues et Civilisations

Responsable(s) :

En bref

Période : Semestre 6

Code matière : LJF6U3

Description

Memoria e postmemoria degli anni di piombo

 

Au sortir de la seconde guerre mondiale, l’Italie s’est employée activement à la reconstruction du pays. Les années Soixante marquées par la gaieté, l’espoir dans le renouveau, le boom économique sombrent rapidement en fin de décennie dans une période de grande violence que l’on a nommée « les années de plomb ». Cette période débute par l’attentat du 12 décembre 1969 à la Banque Nationale de l’Agriculture Piazza Fontana à Milan et se poursuit jusqu’au début des années Quatre-Vingt en suivant un crescendo de violence dont le point culminant est constitué par l’enlèvement et l’assassinat d’Aldo Moro en 1978. La violence perpétrée pendant toute une décennie à la fois par les tenants du terrorisme noir et du terrorisme rouge a été un traumatisme pour les Italiens, d’autant plus que de nombreux mystères de l’époque sont restés à ce jour non élucidés.

Comment la littérature a-t-elle relayé ces événements ? Tenter de répondre à cette question permettra de balayer l’histoire littéraire des années ’70 (Pasolini, Sciascia) mais aussi de dégager les lignes de force d’une production littéraire et cinématographique de la seconde génération, dite de la « postmemoria », pour comprendre les modalités de prise de parole d’auteurs et de cinéastes qui n’ont pas personnellement vécu les événements.

Deux phénomènes concomitants marquent la production de seconde génération : tout d’abord le fait que le terrorisme soit devenu un topos narratif dont s’est emparé le filon du roman noir italien contribuant ainsi à « banaliser » une réalité sociale brûlante ; enfin la spectacularisation de la lutte armée opérée par les mass médias a marqué l’imaginaire des auteurs de la seconde génération qui revisite les événements vécus par ses aînés précisément à travers des images résultant de cette spectacularisation, images qui font partie d’un répertoire culturel collectif et que l’on retrouve dans les romans, la bande dessinée et le cinéma de ces deux dernières décennies.

 

Volume horaire CM : 12
Volume horaire TD : 12

Contrôle des connaissances

Contrôle continu