Textes et représentations théâtrales

Contact(s)

Composante :UFR Humanités

Responsable(s) :

En bref

Période : Semestre 3

Code matière : LDL3M621

Description

Fureurs jalouses : Anatomie d’une passion dans la tragédie des XVIIe et XVIIIe siècles.

La jalousie fait partie des passions tragiques par excellence : il s’agit d’un motif qui constitue très souvent ce que l’on appelle en dramaturgie classique le « nœud » de l’action tragique et qui précipite la catastrophe. Lorsqu’elle envahit un personnage, la fureur jalouse pose la question de la culpabilité et de la responsabilité de celui-ci dans son destin tragique. Tout au long de la Renaissance et de l’âge classique, dans toute l’Europe, cette passion fascine les auteurs dans la mesure où elle déchaîne la faculté imaginative de celui qu’elle domine et l’entraîne sur les terres de la folie (on pense au « Curieux impertinent », nouvelle enchâssée dans la première partie de Don Quichotte, mais aussi à Othello de Shakespeare). C’est par le prisme de cette passion que nous nous proposons d’étudier le genre tragique dans ses évolutions au XVIIe et au XVIIIe siècle. Les deux premières pièces de notre programme, Médée de Corneille et La Mariane de Tristan L’Hermite, nous permettront d’aborder la « naissance » de la tragédie régulière dans les années 1630 : comment la fureur jalouse est-elle représentée alors que s’impose la règle des bienséances ? La dernière œuvre de notre corpus, Zaïre de Voltaire, sera l’occasion d’observer les mutations du genre dans les premières décennies du XVIIIe siècle, après le triomphe de la tragédie galante et sentimentale à la fin du siècle précédent.